mercredi 27 juin 2018

PERFECTION : Les plus importants articles scientifiques de 2017...

PERFECTION : Les plus importants articles scientifiques de 2017...: L’année écoulée fut riche en découvertes scientifiques. Tour d’horizon des travaux les plus prometteurs… et de ceux qui n’ont jamais été c...

Quel impact l’allogreffe apporte dans les leucémies aiguës myéloïdes avec mutation de FLT3 des plus de 60 ans ?

La leucémie aiguë myéloïde (LAM) est une maladie hétérogène divisée en sous-catégories pronostiques grâce aux avancées de la biologie moléculaire et de la cytogénétique. Les duplications en tandem du gène de la tyrosine kinase 3 FMS-like (FLT3-ITD) sont présentes dans 30 % des LAM à caryotype normal. Le caractère péjoratif de ces mutations est lié à une chimiorésistance et à un excès de rechutes précoces. L’impact pronostique de cette mutation varie selon le ratio allèle muté FLT3-ITD/allèle sauvage et la présence de co-mutations (NPM1 et DNMT3A). Le bénéfice d’une allogreffe en première rémission complète (RC1) a été prouvé dans les LAM principalement en géno-identiques avec conditionnement myéloablatif chez les moins de 60 ans [1]. Avec le développement des conditionnements atténués, les sujets de plus de 60 ans atteints de LAM sont plus fréquemment éligibles à l’allogreffe et il existe peu de données publiées pour valider dans cette population l’allogreffe dans les LAM à FLT3-ITD mutés. https://www.mercaly.com/

X. Poiré, sous l’égide de l’Acute Leukemia Working Party, a réalisé une étude rétrospective sur la base de données de l’European Society of Blood and Marrow Transplantation (EBMT) concernant l’impact de l’allogreffe dans les LAM à FLT3 muté après 60 ans [2]. Le registre de l’EBMT recense les données de plus de 500 centres de greffe à travers l’Europe. Les patients éligibles à cette étude sont les sujets de 60 ans ou plus, ayant une LAM de novo diagnostiquée entre 2000 et 2015 avec une mutation de FLT3-ITD au diagnostic, greffé en géno-identique ou en phéno-identique (10/10 ou 9/10). L’analyse porte sur 291 patients issus de 100 centres avec une médiane d’âge de 63 ans (60-75 ans) dont douze patients âgés de plus de 70 ans. Cent trente patients ont été greffés en géno-identique et 161 en phéno-identique. Concernant le conditionnement, 118 ont reçu un conditionnement à base de fludarabine et busulfan, quarante-deux à base de fludarabine et melphalan et vingt-trois à base de fludarabine, d’amsacrine, et de cytarabine (Flamsa) associé à un conditionnement atténué. Cent soixante-deux patients ont reçu du sérum antilymphocytaire et trente-cinq de l’alemtuzumab. Deux cent douze ont été greffés en RC1, trente et un en RC2 et quarante-deux à des stades plus avancés. Sur les 104 patients en RC1 chez qui le suivi moléculaire était disponible, quatre-vingt (77 %) étaient en RC moléculaire prégreffe.
 https://www.mercaly.com/

La survie sans progression (SSP) à deux ans pour les patients en RC1, en RC2 et en maladie réfractaire à la greffe était respectivement de 56, 22 et 10 %. La survie globale (SG) à deux ans pour les patients en RC1, en RC2 et en maladie réfractaire était respectivement à 58, 28,8 et 9,5 %. L’incidence des rechutes à deux ans est de 35 % dépendant du type de réponse prégreffe : 26 % si RC1, 56 % si RC2 et 61 % si réfractaire (p < 0,001) La présence de maladie du greffon contre l’hôte (GVH) chronique n’a pas d’impact sur le risque de rechute (p = 0,9). Chez les patients en RC1, la présence d’une réponse moléculaire (p = 0,001) et un délai court entre le diagnostic et la RC1 (< 42 jours, p = 0,003) diminuent le risque de rechute. Les incidences cumulées de la GVH aiguë (grade II-IV) et de la GVH chronique à deux ans sont respectivement de 22 et 34 %. La mortalité non liée à la rechute à deux ans est de 20 %. Les résultats de l’analyse multivariée sont présentés dans le tableau 1. Le statut de la maladie en prégreffe est le facteur principal prédictif de la SSP, de la SG et de la GVH.

Cette étude présente de nombreux arguments en faveur de l’utilisation de l’allogreffe dans le contexte. Toutefois, elle présente des limites : son caractère rétrospectif, l’absence d’analyse du ratio de FLT3-ITD (mais il n’existe pas de standardisation entre les centres sur ce sujet), l’absence d’analyse de l’impact des mutations de NPM1 ou de DNMT3A, l’absence d’analyse de l’impact d’inhibiteur de tyrosine kinase (ITK) anti-FLT3 en pré- ou post-greffe et des données manquantes sur le score de comorbidités HCT (pour hematopoietic cell transplantation) (179 données manquantes).
La place respective de l’allogreffe et de l’utilisation d’ITK anti-FLT3-ITD, avec plusieurs molécules en essai comme la midostaurine ou le sorafénib, reste à définir. L’essai RATIFY (sujets de moins de 60 ans) qui randomise en double aveugle la midostaurine contre placebo, a montré un bénéfice dans les LAM-FLT3 en induction et en consolidation [3]. L’allogreffe a été réalisée dans plus de la moitié des cas et montre une tendance en faveur de son utilisation en RC1 (p = 0,07). Pour les sujets de plus de 60 ans, un essai randomisé en double aveugle comparant le sorafénib contre placebo a vu le jour dans l’induction et la consolidation de LAM [4]. Cet essai est négatif en termes de survie et montre un excès de toxicité infectieuse dans le groupe sorafénib à l’origine d’une surmortalité, également retrouvé dans le sous-groupe des LAM FLT3 mutés.

L’allogreffe apporte un bénéfice en termes de survie aux patients âgés de plus 60 ans présentant une mutation de FLT3-ITD, principalement en RC1. Pour améliorer la prise en charge, les inhibiteurs de FLT3-ITD peuvent apporter un bénéfice et plusieurs essais sont en cours avec la midostaurine ou des ITK plus spécifiques anti-FLT3 (quizartinib par exemple), afin d’obtenir des réponses prégreffe plus profondes.

Auteur:Auteur

Source: http://www.jle.com/download/hma-312128-quel_impact_lallogreffe_apporte_dans_les_leucemies_aigues_myeloides_avec_mutation_de_flt3_des_plus_de_60_ans_--WzQNIX8AAQEAAG6q2PkAAAAI-a.pdf

Reference:
  • [1] Schlenk R.F., Döhner K., Krauter J. Mutations and Treatment Outcome in Cytogenetically Normal Acute Myeloid Leukemia. N Engl J Med. 2008;358:1909-1918.
  • [2] Poiré X., Labopin M., Polge E. Allogeneic stem cell transplantation benefits for patients ≥ 60 years with acute myeloid leukemia and internal tandem duplication: a study from the Acute Leukemia Working Party of the European Society for Blood and Marrow Transplantation. Haematologica. 2018;103:256-265. FLT3
  • [3] Stone R.M., Mandrekar S.J., Sanford B.L. Midostaurin plus Chemotherapy for Acute Myeloid Leukemia with a Mutation. N Engl J Med. 2017;377:454-464. FLT3
  • [4] Serve H., Krug U., Wagner R. Sorafenib in Combination With Intensive Chemotherapy in Elderly Patients With Acute Myeloid Leukemia: Results From a Randomized, Placebo-Controlled Trial. J Clin Oncol. 2013;31:3110-3118.

Les plus importants articles scientifiques de 2017… et les autres

L’année écoulée fut riche en découvertes scientifiques. Tour d’horizon des travaux les plus prometteurs… et de ceux qui n’ont jamais été cités par les pairs
 

C’est une tradition bien établie: la fin de l’année est l’occasion de voir fleurir dans les revues scientifiques Science et Nature un passage en revue des faits ayant marqué la science durant l’année qui s’achève. Quels ont été les résultats les plus excitants en 2017? Quelles personnalités ont pesé lors des douze derniers mois? Enfin, éternelle question qui agite les scientifiques: combien d’articles n’ont-ils jamais été cités? Le point sur ces questions. https://www.mercaly.com/

Les ondes gravitationnelles, encore elles!

Pour les Américains de Science, l’un des articles les plus importants de 2017 fut la toute première observation d’une fusion de deux étoiles à neutrons. Ce phénomène à peine imaginable pour l’esprit humain a ni plus ni moins permis l’apparition d’une «nouvelle astronomie», avait alors écrit Le Temps en octobre. «Il y a 130 millions d’années, deux étoiles à neutrons ont fusionné dans la lointaine galaxie NGC 4993, libérant toutes sortes de messagers dans le cosmos, accueillis ce 17 août sur Terre et dans sa banlieue.» https://www.mercaly.com/

Lire aussi: Un duo d’étoiles disparaît, et c’est une nouvelle astronomie qui s’ouvre
Et parmi ces messagers, certains ont beaucoup fait parler d’eux récemment: les ondes gravitationnelles. Ces infimes déformations de l’espace-temps, dont la première détection en 2015 a été récompensée cette année par le Prix Nobel de physique, ont donc bien montré qu’elles étaient un nouvel outil dans la trousse des astrophysiciens, et pas simplement une curiosité théorique. https://www.mercaly.com/

Grâce à elles, ils peuvent désormais observer l’Univers sous toutes les coutures. C’est un peu comme si les scientifiques disposaient de nouveaux yeux pour examiner le cosmos, et c’est de très bon augure pour les décennies à venir.

Les noms à retenir selon «Nature»

Du côté des Britanniques de Nature, on a préféré distinguer dix personnalités scientifiques. Preuve que les ondes gravitationnelles surexcitent la communauté scientifique, le journal a distingué Marica Branchesi, de la collaboration Virgo, nom du détecteur géant installé en Italie et qui a permis les travaux cités plus haut.
Vient ensuite Khaled Toukan, l’une des chevilles ouvrières du premier accélérateur de particules au Moyen-Orient, Sesame, auquel Le Temps avait consacré un article en février dernier.
Lire aussi: Le petit frère du CERN entre en service au Moyen-Orient
Mais Nature ne s’est évidemment pas limitée à la physique, ni aux scientifiques d’ailleurs. Le journal a ainsi mis en avant Scott Pruitt, directeur de l’Agence américaine de protection de l’environnement, pour s’être mis à dos de nombreux spécialistes de l’écologie de par ses efforts de sape des politiques anti-pollution américaines.
Impossible enfin de ne pas citer Ann Olivarius, chercheuse londonienne dont les travaux ont mis au jour les pratiques de harcèlement sexuel de certains hommes dans le milieu académique, ainsi que la manière dont le système les a protégés.

Nouvelles métriques

Outre ce hit-parade forcément subjectif, des classements basés sur des métriques précises commencent à émerger. L’entreprise britannique Altmetric propose ainsi depuis quelques années un Top 100 selon des scores qu’elle a elle-même établis. Ces derniers prennent notamment en considération le nombre de citations sur les réseaux sociaux, sur les sites d’information ou encore sur Wikipedia, mais aussi les mentions des résultats dans les colloques scientifiques, l’impact dans la vie réelle de patients pour les articles de médecine, etc.
Reflet de l’intérêt du public, 53% des articles de ce Top 100 concernent la santé, 17% la biologie et 9% les géosciences et les sciences de l’environnement.

C’est ainsi que l’article le plus populaire de 2017, selon Altmetric, concerne l’alimentation et en particulier le rôle du gras sur la santé cardiovasculaire. «Les auteurs, qui ont analysé les habitudes alimentaires de 135 000 personnes durant sept ans, ont montré que ce seraient les glucides, et non les lipides, qui seraient les plus délétères pour le cœur lorsque consommés en trop grande quantité.» Publiée dans la revue The Lancet, l’étude avait en effet fait grand bruit, comme l’avait rapporté Le Temps en septembre dernier. Surtout, elle constitue un coup de griffe supplémentaire à l’encontre de l’industrie du sucre, dont il est désormais établi qu’elle a, à plusieurs reprises, propagé de faux résultats pour incriminer le gras et influer les politiques de santé publique édictées ces cinquante dernières années.
Lire aussi: L’industrie sucrière américaine a menti sur le risque cardio-vasculaire
Les autres articles distingués par Altmetric sont consacrés, dans l’ordre, à la santé mentale des doctorants, au fait qu’il vaut mieux se faire soigner par une femme que par un homme, aux outils de modifications génétiques chez les embryons humains ou encore au spectaculaire déclin des populations d’insectes.
Cette inquiétante étude, également traitée dans nos colonnes, a en effet démontré qu’en vingt-cinq ans, près de 75% des insectes volants avaient disparu en Allemagne. Le coupable? Nul ne le sait avec exactitude, tant ces résultats sont encore récents, mais la plupart des suspicions convergent vers les néonicotinoïdes, ces pesticides dits «tueurs d’abeilles», fortement controversés.
Lire aussi: Les insectes et l’effet pare-brise

Les fonds de tiroir

Après être montée au firmament de la science, Nature a également fait les fonds de tiroir en se penchant sur les études qui ne sont jamais citées après leur publication. Le nombre de citations d’un article scientifique constitue l’étalon-or de la bibliométrie, notamment parce qu’il détermine en grande partie le controversé «indice h», reflet de la qualité et de la quantité de la production de chaque chercheur.

Dit simplement, si un article est cité, c’est d’abord parce qu’il a été lu, et c’est ensuite parce qu’il s’est avéré utile à la science. L’absence de citation est donc facteur d’angoisse pour tous les chercheurs: leurs travaux sont-ils inutiles? Une angoisse d’autant plus prégnante que plus de la moitié de la production scientifique totale ne serait jamais mentionnée dans les cinq ans qui suivent sa publication, d’après deux articles de Science parus en 1990 et 1991 et dont les conclusions demeurent parole d’évangile.

A tort ou à raison? Toujours est-il que Nature a voulu vérifier ces chiffres suspects. Dans un article paru sur leur site, les auteurs, se plongeant dans la production des quelque 12 000 revues scientifiques dotées d’un facteur d’impact, ont tenté de dénombrer le nombre d’articles jamais cités, sur une période s’étalant de 1980 à 2015. Résultat: à peine 10% de papiers sans citation, un chiffre qui doit même être en réalité plus bas, explique la revue, puisque ces textes ont pu être évoqués dans l’une des milliers de revues non prises en compte par l’étude. Mieux, le nombre d’articles «aux oubliettes» semble même diminuer année après année.



Il existe bien des différences d’une discipline à l’autre. Dans le domaine biomédical, seulement 4% des articles parus en 2006 n’ont jamais été cités à ce jour. La proportion monte à 11% en physique et jusqu’à 24% en ingénierie et technologies, probablement parce que beaucoup des articles répondent à des problématiques très précises, explique Nature.

Et quand bien même un certain nombre d’articles ne sont jamais mentionnés: sont-ils mauvais pour autant? Pas du tout, estime la revue avant d’en donner quelques exemples, dont celui-ci: un article paru en 1995 à propos de la découverte au Texas d’une nouvelle espèce de mousse, Palhinhaea cernua, n’a obtenu qu’une seule citation, et encore, il s’agissait d’une auto-citation par l’auteur originel. Une découverte à jeter à la poubelle? Pas si vite, car l’information qu’il contient a été reprise dans des atlas de botanique, des herbiers et autres bases de données scientifiques.

Lire aussi: «Publish or perish», quand la science met les chercheurs sous pression
Ce que montrent ces statistiques, c’est peut-être avant tout que le système de bibliométrie scientifique en vigueur est loin d’être exempt de défauts et dénigre des travaux qui font bel et bien avancer la connaissance scientifique, avec ou sans citation.



Source: https://www.letemps.ch/sciences/plus-importants-articles-scientifiques-2017-autres
Auteur: Fabien Goubet
Journaliste scientifique touche-à-tout, de l’archéologie à la zoologie en passant par les nouvelles technologies, les gadgets, les recettes de cuisine et un soupçon de jeux vidéo. Et aussi les lolcats.

jeudi 21 juin 2018

PERFECTION : Le savoir est un crime et un péché

PERFECTION : Le savoir est un crime et un péché: Le professeur Lesly Manigat a dit un jour : « Il y a une lutte constante contre l’intelligence dans ce pays ». En Haïti, sitôt que tu...

Le savoir est un crime et un péché



Le professeur Lesly Manigat a dit un jour : « Il y a une lutte constante contre l’intelligence dans ce pays ». En Haïti, sitôt que tu obtiens ton Bac on commence à te voir de mauvais œil ; une licence tu perds des amis ; un master tu es un danger et certains postes (Ministre, Secrétaire d’Etat) te sont interdits ; un doctorat tu es un homme à abattre, dès lors il te sera difficile d’être recteur d’Université et presqu’impossible de briguer un poste électif. Ainsi un homme qui quitte l’école avant son brevet fondamental parce qu’il aspire à être maire, député ou sénateur, parce qu’il veut parvenir à la plus haute magistrature de l’Etat saurait-il ne pas être Intelligent ? Peut-on donner le nom d’idiot à celui qui, après avoir appréhendé la réalité sociologique haïtienne, décide d’abandonner l’école très tôt pour embrasser la politique ?
 https://www.mercaly.com/
 Pendant longtemps on nous a bernés ; on nous a fait croire qu’en tant qu’éléments de la masse notre seul viatique doit être les diplômes. On nous a même dit que quand on est pauvre on doit être intelligent, digne et noble ; que si on étudie la richesse nous sourira. Mais avec le temps on se surprend à constater que tout cela n’était que foutaise dans une société où être intelligent est un crime et un péché. Un pays où la haine contre les intellectuels jette sa lèpre dévorante sur le corps social. Un pays où le savoir est au banc des accusés. Pas étonnant que plus de 85% de nos cerveaux sont à l’étranger. https://www.mercaly.com/

Comme conséquence, n’importe qui devient n’importe quoi. Le type est en secondaire 1 il enseigne en secondaire 2 ; il ne parle pas anglais mais il est professeur d’anglais; avec une licence il est doyen d’université ; avec un master professionnel il est recteur d’université ; il est Ministre pendant qu’il est aux confins de l’analphabétisme ; il n’a jamais manié les armes auparavant il est garde du corps ; il est un criminel notoire malgré tout il siège au parlement haïtien, d’ailleurs c’est son statut de criminel qui l’y a propulsé. 

Un jour un ami m’a dit : « Ecoute frérot, si tu veux te faire un nom en Haïti évite l’école, par contre tue, pille, kidnappe et vends de la drogue car le système judiciaire haïtien produira toujours des juges pourris pour t’éviter la prison. Et cette presse mendiante et marchande ne t’adressera pas de vives réprimandes. Au contraire elle te débarrassera de tes vomissures ; te fera un grand leader honnête. Toi vermine, cancrelat d’aujourd’hui sera l’ascète de demain ». https://www.mercaly.com/

Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi les émissions politiques pullulent comme des mauvaises herbes dans les stations de radio et de télé ? La réponse est simple, pour être analyste politique on ne t’exige aucun prérequis sinon qu’être un thuriféraire. Dans ce secteur, plus tu es cancre plus tu fais beaucoup de bruit et plus on te considère comme un grand analyste. Tout cela n’est que charlatanisme. Ils en ont fait de la politique quelque chose de vile et méprisable. Comme si la politique n’était pas une science.

https://www.mercaly.com/

Tandis que pour animer une émission sur la santé, la psychologie, le développement, l’astronomie, la physique et autres le niveau universitaire est exigé. Il en faut des experts pour traiter de la problématique de la santé, du développement. On ne peut prendre d’assaut les sciences sinon que celles éducatives et politiques. Et cet état de fait n’est sur pied de guerre qu’en Haïti. Autrefois ce sont les intellectuels qui réfléchissaient pour la société, aujourd’hui ce sont les cancres qui inculquent leur savoir. Et quel savoir ! 

Autrefois les ignorants se taisaient, aujourd’hui ils font la grande gorge. Les brillants esprits n’ont plus la voix au chapitre. Ce sont les incultes, les nuls, les brigands qui gouvernent. Au Palais national les démagogues sont en vogue. Au Parlement haïtien, des illettrés rédigent des textes de lois à la dimension de leur inintelligence. Le système judiciaire est gangstérisé. À la primature les spécialistes de l’ânerie font la pluie et le beau temps. Qui plus est ils sont les seuls nouveaux riches du pays.
Devant de tels constats, celui qui quitte l’école tôt pour embrasser la politique est le plus intelligent des intelligents. Il sait que s’il passe son temps à étudier il ne parviendra jamais à la richesse, il ne sera jamais un homme respectable et respecté. 
Cependant s’il se fait bandit, ignorant son avenir politique et économique est assuré et toutes les élites viendront se prosterner devant lui. Il pourra baiser qui il veut parce qu’avec l’argent et le pouvoir on peut tout se permettre dans ce pays.

 https://www.mercaly.com/

 Le savoir n’a pas toujours été un crime et un péché, alors quelles sont les causes de son nouveau statut ? Lorsque sur la route du développement humain il y a des laissés pour compte, lorsque dans une société tout le monde n’a pas la même chance, lorsque l’inégalité et l’injustice sociale constituent les fonds baptismaux d’une société il est plus que normal que les défavorisés écument de haine contre les favorisés. 

Par contre, le jour où l’on arrivera à construire une société juste et égalitaire, le jour où nous répandrons l’instruction sans réserve dans les masses, la donne changera et le savoir régnera.
Jameson LEOPOLD
leoflashy@gmail.com

lundi 14 mai 2018

PERFECTION : I am a child, I only want to live

PERFECTION : I am a child, I only want to live: https://www.mercaly.com/produit/painting-15/ This child tells his story and asks the question about his future, his birth. He wonders, w...

PERFECTION : The slave of the Africans in Libya

PERFECTION : The slave of the Africans in Libya: https://www.mercaly.com/produit/painting-11/ This painting is a message to say no to the slave. This was painted the situation of Africa...

lundi 23 avril 2018

PERFECTION : I am a child, I only want to live

PERFECTION : I am a child, I only want to live: https://www.mercaly.com/produit/painting-15/ This child tells his story and asks the question about his future, his birth. He wonders, w...

PERFECTION : The slave of the Africans in Libya

PERFECTION : The slave of the Africans in Libya: https://www.mercaly.com/produit/painting-11/ This painting is a message to say no to the slave. This was painted the situation of Africa...

The slave of the Africans in Libya


https://www.mercaly.com/produit/painting-11/


This painting is a message to say no to the slave. This was painted the situation of Africans enslaved in Libya. In this painting the painter wanted to express his dissatisfaction with this act of barbarism, with this act of racism that the Africans and other people who have fallen victim to this thing endure. The green color that is under the feet of this gentleman represents hope. The tree means that everything can change and that one day the chains will break and say no to slavery.


https://www.mercaly.com/produit/painting-11/